Chronicafraga
La chronique complètement pétée, par le sérénissime Clovis!
Avec le concours hélas obligatoire de son animal familier humain:
Michel Picard

Oui, je sais, c’est un peu malhonnête.

Mais votre familier n’a pas vraiment besoin de savoir que je jardin aura, de toute façon, la taille maximale possible.

Ni, non plus qu’il y aura beaucoup, mais alors là, beaucoup plus d’espèces dans le MÊME espace, comparativement à un jardin conventionnel.

Après tout, le collectionneur esthète, c’est vous !

Les bras tout bêtes, c’est lui.

Je suggère cependant de taire cette dernière remarque…

Les humains entretiennent certaines illusions quand à leur statut, qu'il n'est pas nécessairement souhaitable de voir disparaître...

Surtout, ne me demandez pas de me mettre à leur place, soyons réalistes, une fin aussi noble ne justifie-t-elle pas tous les moyens ?

Surtout ne répondez pas à cette question !
Mais, en profitant de l’allant générés par vos arguments initiaux, vous pourrez créer un magnifique jardin alpin ou les pierres judicieusement choisies pas vos soins seront agencés avec tout le bon goût qui vous caractérise.

Surtout, ne manquez pas, lorsque l’occasion se présentera, de dire à votre familier que les pierres, une fois mises en place sont très belles en toute saison et ne demandent aucun entretien.

Cela achèvera de le convaincre !

Finalement, le mélange de terre, sable et gravier que constitue la fondation obligée de votre œuvre est un milieu relativement hostile pour les « malherbes ».

Surtout si vous utilisez le mode d’établissement par poche de plantation, sur lequel nous reviendrons en détail, mais, plus tard cependant.

Bien entendu, tout ce temps sauvé en entretien pourra être réutilisé pour d’autres tâches ! Comme l’agrandissement du dit jardin alpin et à l’établissement de nouvelles espèces.

Je dis ça comme ça, sans arrières pensés, cela va de sois !
On pourrait utiliser ce temps gagné pour permettre à nos famillier de se reposer...

nnnnnnhaaaaaaaaannnnnnnnnnnnnn!

Cependant, prenez garde, il arrive, trop souvent, en matière de motivation, qu’on obtienne des résultats fort inattendus.

Ou bien ils ne travaillent pas suffisamment, ou bien ils en font trop…

Quand ils en font trop, certains humains imparfaitement dressés se lancent dans des travaux gigantesques, voire Babelléen.
Surtout, retenez-les !

Mais, j’y pense, doit-on dire « Babeléen » ou « Bébelléen »?

Quoi qu'il en soit, ces extrêmes sont toujours néfastes.


A titre d'exemple, vous devriez toujours tenir en compte la composition du sol tel qu’elle se présente chez vous.

Qu’il soit très pauvre, alcalin, ou au contraire acide, sachez qu’il existe tout un éventail de plantes alpines ou de rocailles qui y seront parfaitement heureuses.

Il n’est donc pas vraiment utile d’excaver votre cour au grand complet et d’acheter des pierres et gravillons à pleins camions pour créer des conditions de sol adéquates.

Quoooooiiiiiiquuuuuuueeeeeee…

Minimalement, vous devrez cependant, par l’ajout de sable grossier et de gravier, vous assurer d’un très bon drainage du médium de croissance.

En effet, les plantes alpines aiment bien l’eau, mais elles ne supportent absolument pas qu’elle stagne, surtout à leur col.

Ce serait aussi une bonne idée de surélever les plates-bandes pour s’assurer d’un bon drainage. Les plantes alpines sont comme les skieurs de même dénomination, ils aiment bien les à-pics.

D’ailleurs, il est fort heureux que les lacs en pente soient plutôt rares…

Si votre familier a quelques talents pour l’érection de murets et autres arrangements paysagers utilisant les blocs en béton, ou la pierre, incitez-le à faire des îlots qui rehausseraient les plates-bandes d’une trentaine de pouces. Ainsi, les invités pourront, tout à loisir, observer vos plus petites beautés alpines, sans devoir se mettre à quatre pattes.

Je ne sais pas comment vous voyez la chose, mais pour ma part, les humains qui se promènent dans les rocailles, le nez par terre et le derrière en l'air, je trouve que c'est d'un vulgaire...quasiment canin, tient!

Les espaces entre les blocs de ciment, ou les pierres, sont aussi des emplacements de choix pour les plantes saxifrages.

Une dalle brisée au coin d’un patio, au lieu d’être une gène pour son propriétaire devient un emplacement parfait pour l’implantation d’alpines et devient ensuite objet de pur ravissement pour l’œil.

Voilà chers élèves qui termine la leçon d’aujourd’hui.

Surtout, faites bien vos devoirs en surveillant de près vos animaux familiers humains et en les assurant que les jardins alpins sont des plus exceptionnels et que tout humain qui se respecte se doit d’en avoir un.

Vous pouvez leur susurrer à l’oreille qu’ils sont bons, fins et capables

N'oubliez pas la féminisation des termes, les femelles étant majoritaire chez les jardiniers, vous devez absolument en tenir compte.

L’expression correcte pour les femelles est : « t’es bonne, t’es fine, t’es capable… »

Vous pouvez même les flatter, quand ils vous font des prouesses…

N’abusez pas cependant !

Voilà, vous m’avez compris ?




Le Petit Jardin Oriental de Clovis
Document précédent Menu Document suivant Question fréquentes Au secour! Ecrivez à: