Le courrier du coeur de Nana-san;

la carpe des quartier chics:

Chère NanaKoï :

Nos familiers humains, voulaient faire l'acquisition d'une nouvelle maison et avaient contacté un agent d'immeuble. Bien sûr, mon conjoint et moi, avons fait nos recommandations pour l'achat d'une maison ayant un Kami Ike de bonne taille.

Nos humains ont été séduits par une propriété agrémentée d'un joli petit étang muni d'une cascade et d'un jet d'eau. En raison de l'enthousiasme de nos « pets » et de l'assurance de l'agent, nous avons condescendu à déménager.

Chère Nana, je n'ai pas de mots qui puissent dépeindre notre immense détresse et notre incommensurable déception.

Le « joli petit étang » s'est révélé être un infâme bac en béton dont la peinture pèle.

Il est entouré sur tout les côtés par des pierres plates. Il est également affligé d'une pompe de piscine de récupération qui fait un bruit effroyable et un filtre à sable offense le paysage et détourne les ondes positives.

En plus, la pompe submersible du jet d'eau est tellement puissante qu'elle aspire tout ce qui se trouve à proximité et je n'ose plus fermer l'oeil, tant j'ai peur de me prendre une nageoire dans l'impulseur non caréné.

Je ne vous parle même pas de l'éclairage, des halogènes submersibles avec des lentilles bleues ou rouges, ouache!

Les anciens propriétaires ont laissé un stock important d'armes de destruction massive, des pastilles de chlore, du brome, des algicides chimiques, des floculants, du correcteur de ph et autres cochoncetés innommables.

Si mes familiers refusent de se désarmer, je vous le dis tout net : ça va être la guerre!

Signé : ReMaxophobe


Cher Re-maxophobe :

Vous avez bien raison de vous plaindre !

Vous fûtes fort mal servis !

Il faudrait vraiment que nous prenions un moment pour expliquer à nos animaux de compagnies la différence qu'il y a entre les différents types de bassins et ceux qui conviennent à leurs maîtres et maîtresses Koï.

A un autre moment il faudra aussi leur expliquer la nature profonde de T'chi et autres règles du bon goût.

Chers humains, prêtez-moi donc une oreille à ten…tatives

(Non…je ne m'attends vraiment pas à ce que vous compreniez du premier coup)

Bon, tendez l'oreille et lisez attentivement haïku qui suit :



Rien n'est plus anti-Zen qu'un bête trou d'eau,

avec un gros filtre à sable apparent

et un moteur qui zonzonne…




Pendant que les plus lents méditeront ces quelque 31 syllabes, nous étudierons les différents types de bassins construits de main d'homme :

Nous prenons donc pour acquis que quel que soit le type de bassin, tout ce qui est matériel de soutient sera invisibles, autant qu'inaudible et que le propriétaire aura pris grand soin de soigner l'esthétique de l'ouvrage.


Les ouvrages seront donc :

A) Des pièces d'eau décorative.

B) Des étangs semi-naturels.

C) Des étangs naturels.




Pièce d'eau décorative :

C'est la plus simple, certains diront « primitive » des arrangements aquatiques.

Un simple ouvrage de plastique, fibre de verre, béton aux autres.

Bref, une pièce d'eau assimilable à une fontaine.

Le but étant essentiellement décoratif, les humains aiment voir et entendre l'eau couler.

De façon générale l'eau y est contrôlée par le biais d'agents chimiques, comme le chlore, le brome et les algicides. L'activité biologique, qu'elle soit profitable ou nuisible, est inexistante. On n'y retrouve pas de plantes et bien sûr pas de poissons, à moins qu'ils soient en plastiques.


J'ai bien peur mon Cher ReMaxophobe que votre nouveau "home" appartienne à cette catégorie.

On y retrouve peu d'appareillage, généralement les mêmes que pour les piscines, filtre à sable ou à cartouche, chlorinateur ou bromisateur et des pompes pour actionner une fontaine, une cascade et autres articles de décoration utilisant de l'eau.

Quelques fois, on y retrouve aussi des lampes submersibles.

Selon la façon dont ils ont été construits et les matériaux utilisés, on doit les vidanger pour l'hiver et les pompes enlevées

Les étangs naturels :

Les plus intéressants, il va sans dire.

Dans ce type d'étang, on recherche en dehors de l'aspect naturel à recréer un biotope parfaitement autonome.

Idéalement, on devrait pouvoir se passer de toute technologie et appareillages mécanique, le milieu se suffisant à lui-même.

Pour des considérations pratiques, il est rare que ce genre d'étang soit construit.

En pratique, il existe peu de propriétaires qui aient chez eux suffisamment d'espace pour l'ériger ou qui des moyens financiers conséquents.

Toujours aux fins de discutions, nous considérerons un étang comme naturel, dans la mesure ou il peut être stabilisé avec un minimum de moyens extérieurs.

Que ce soit des filtres, du pompage, de la stérilisation et autre.

Il faudra aussi que ses systèmes fonctionnent sans une constante intervention humaine.



Étang semi-naturel

De loin, les plus répandus.

Ils constituent autant de pseudo-biotopes, parce qu'humainement et technologiquement dépendants. C'est dire qu'ils doivent être constamment surveillés et entretenus par, et j'insiste là-dessus, par… une main d'œuvre qualifiée.

C'est aussi dire que ces biotopes imparfaits sont d'autant plus à risques qu'ils sont fortement tributaires de la technologie.

Le « Maître-Koï »

La limite d'un mètrecube d'eau, par maître-Koï, doit, le plus possible, être respecté.

Attention, de ne pas confondre le maître-Koï et le mètre de Koï…

Une erreur fréquente chez les humains, qui, remplis de leur importance, brament volontiers qu'on peut mettre un mètre de Koï dans un mètre cube d'eau.

Selon cette règle, 10 Koïs de 10cm, sont équivalent à 2 koïs de 50 cm, quelle sottise!

Les Koïs ne font pas qu'allonger, ils grossissent aussi, un Koï deux fois plus long est bien plus que deux fois plus grand, il est, trois, quatre fois plus lourd!

En plus, tous les koïs deviennent adultes, à quoi bon les mesurer à l'adolescence.

Que ferez-vous lorsqu'ils grandiront, vous agrandirez l'étang?

Vous voilà prévenu, la règle fait référence à « VOTRE » « MAÎTRE KOÏ » lequel requiert un mètre cube d'eau pour être bien à son aise!

D'ailleurs, vous apprendrez bien vite, que rien n'est trop beau et que rien n'est trop cher, pour votre « Maître Koï »…

Dans un étang surpeuplé, la sécurité perd ce que l'urbanité y gagne.

J'aime, bien sûr, avoir de la visite chez moi, nous autres Koï, sommes très sociables, mais quand même, dans un petit étang, ce n'est pas très Zen!

Souvenez-vous de ma moto : Vaux-mieux, être seules et en santés, qu'en gang et malades!

Technique :

On retrouve divers degrés de complexification des systèmes de maintien, selon la population présente et les carences particulières des étangs.

Ces techniques visent essentiellement à COMPENSER une déficience dans la conception de l'étang.

Comprenons-nous bien, lorsque je parle de « carence » et de « déficience » il ne s'agit pas de juger de l'organisation humaine.

Nous reconnaissons le droit à tout humain d'organiser son servage comme il l'entend, du moins tant que les formes sont respectées !

Ainsi, s'il le souhaite, il est parfaitement libre de planifier son jardin et son étang en sorte de SERVIR le plus grand nombre de « Maître-Koïs » possible.

Je ne suis pas contre la vertu, quand même!


Appareils

Ainsi, les filtres sont utilisés pour retirer les excès de matières en suspension dans l'eau, laquelle se dépose normalement toute seule au fond.

Les rayons ultra-violets détruisent les bactéries pathogènes d'un étang surpeuplé et contrôlent en partie la croissance des algues vertes des étangs trop éclairés.

Les bio-réacteurs offrent un support supplémentaire aux bactéries bénéfiques

Les aérateurs rétablissent la teneur correcte en oxygène de l'eau.

Et ainsi de suite…

Dans le cadre de cette lettre, il ne m'est pas possible de décrire en détail chacun de ces systèmes.

Le point à retenir, c'est que plus votre conception s'éloigne de l'état naturel et plus vous devrez vous en remettre à des systèmes de soutien externes.

Plus d'appareillages, signifient aussi : plus susceptible à une catastrophe advenant une panne.


NanaNishikikoï-chante : Ma gang de malades, vous êtes-donc ooooou-où?


Le Petit Jardin Oriental de Clovis
Lettre précédente Menu Lettre suivante Ecrivez à Nana-san