Le courrier du coeur de Nana-san;

la carpe des quartier chics:

Chère nanakoi, l’autre jour, j’ai entendu des humains qui discutaient sur le bord de mon Kami-Ike et j’ai entendu une dame prétendre qu’elle avait un sixième sens. Je me suis tout de suite dis que c’était pure vantardise, n'est-ce pas? Toute carpe bien née sachant pertinemment que les humains, ces êtres notoirement inférieurs, n’en ont que cinq.

À moins que de récents développements en bio-technologie…?

Quoi qu’il en soit, je suis sure, que vous saurez nous éclairer sur les différences significatives, existants entre ces bêtes à peine domestiquées et les êtres hypercivilisés que nous sommes.

Signé : J’ai un sixième sens, moi… !

Chère j’ai un sixième sens, moi,  vous avez bien sûr raison.

Si vous le voulez bien, je commencerai par la description des cinq sens que nous avons en commun avec les bêtes humaines.

1)     La vue : Nos yeux, comme ceux des humains, perçoivent les couleurs et comme chez ces autres, ont une sensibilité particulière pour les jaunes et les verts. Notre vue est parfaite jusqu’à deux mètres et perd de son acuité au delà de dix mètres. Ce qui est une supériorité indéniable sur les humains, qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez…

2)     L’odorat : Les koïs, ont un odorat cinquante fois plus sensible que celui des humains. Les organes permettant la perception des odeurs sont localisés sur la tête et la partie antérieure de notre corps, mais surtout concentrés sur les narines et les barbillons.

3)     Le goût : Les récepteurs du goût, sont situés à différents endroits également, on en retrouve dans la bouche, comme chez les humains, mais aussi et surtout, sur les lèvres et les barbillons. Savez-vous que les humains doivent absolument mettre la nourriture DANS leur bouche pour goûter les aliments ? Pauvre bête, quand même ! Nous au moins, savons ce que ça goûte avant de le mâcher !

4)     Le toucher : Les organes responsables de la détection de la pression du toucher sont répartis sur tout nos superbes corps d’athlètes, mais plus particulièrement sur notre beau visage intelligent et nos délicats barbillons.

5)     L’ouïe : situés à l’arrière de notre tête, les organes de l’audition détectent les vibrations sonores, mais aussi l’orientation des sons et les changements de pression. Par une chaîne d’osselets, notre vessie natatoire participe aussi à notre audition en amplifiant les sons, on estime généralement que cette amplification serait de l’ordre de 2%. C’est peu, direz-vous, mais il reste que les humains n’en ont pas d’amplification, c’est probablement pourquoi certains doivent porter un appareil sur le lobe de l’oreille, comme c’est triste de les voir ainsi diminués  !

6)     L’écholocateur, à ne pas confondre avec " les colocataires " des humains, est un organe complexe dont les capteurs sensoriels se situent sur la ligne latérale des koïs et de certains autres poissons. Extérieurement, il se présente comme une simple ligne de petits trous alignés au centre de notre corps et défilant de la tête, à la base de notre  queue. Sous les écailles, ces trous communiquent entre eux par un canal rempli d’une sorte de gelée. Cette gelée contient des organes appelés neuromastes. Des cellules spécialisées dans la détection de vibrations et reliées à notre système nerveux. Selon l’intensité et le plus ou moins grand décalage entre le moment ou sont perçus les sons par les divers capteurs, une koïe est à même de détecter un son, mais aussi de déterminer avec exactitude son origine, que ce soit en terme de direction ou de distance. Ce qui est en soit extraordinaire, c’est que ce système fonctionne dans les deux sens. En effet, nous sommes à même de produire une pulsation sonore, avec notre ligne latérale et d’écouter le retour de l’onde. Nous avons donc à tout moment, une image sonar de notre environnement. Un sixième sens fort pratique pour naviguer en eaux glauques, ou l'ors de grands banquets par nuit sans lune.

Nananishikigoi-san-sama, qui, comme chacun l’a bien compris, n’a pas un colocataire qui est complexé de son organe, mais plutôt un écholocateur; qui est un organe complexe…


Le Petit Jardin Oriental de Clovis
Lettre précédente Menu Lettre suivante Question fréquentes Au secour! Ecrivez à Nana-san