Le courrier du coeur de Nana-san;

la carpe des quartier chics:

Chère nana-sama, mes familiers ont décidé de courir les soldes pour s’acheter des maillots! Apparemment, ils ambitionnent de venir patauger dans mon étang et je suis vraiment pa-ni-quée! D’ailleurs, je  ne sais pas si j’autoriserai pareille familiarité, n’est-ce pas? Qui sait si je ne risque pas d’être accidentellement blessée, ou d’attraper une quelconque MTS… Les humains  transportent, semble-t-il, une quantité effrayante de germes, virus et autres souillures,  propres à dégoûter toute koie bien née…..

En plus, ils sont d’une telle laideur…

Vu du fond de l’étang, c’était presque supportable, enfin, disons plutôt qu’on s’y fait.

Mais, quand ils sont eux-mêmes dans l’eau, je ne sais si c’est parce que l’eau grossit les affaires, mais vraiment, ils sont repoussants!

En plus, ils sont cyniques!

Pensez, ils vont s’acheter des maillots de bain; de pauvres oripeaux bariolés,  censés imiter les superbes robes des kois!

Quelle pitié, c’est vraiment lamentable!

Signé : C’est moi qui ai le plus beau maillot !


Chère c’est-moi-qui-ai-le-plus-beau-maillot !

Vous avez bien raison de craindre les MTS (Manque Total de Sollicitude…) elle est vraiment très répandue chez les humains. Il vous faudra donc donner à vos familiers, quelques leçons de dressage supplémentaires. Ainsi, ils devront éviter de porter des lotions, qu’elles soient émollientes, solaires ou antimoustiques,des  parfums et autres déodorants, ou alors, idéalement, se doucher avant la baignade proprement dite.

Au surplus, ils devront apprendre à  se mouvoir avec grâce et lenteur, ainsi qu’il sied à une personne noble.

Une collation à partager est sans aucun doute garante, d’une meilleure entente.

(Mais il n’est pas obligatoire qu’ils en mangent eux aussi)

Il y a certaines modifications qui sont requises à votre Kami Ike, mais rien qui soit majeur, nous traiterons de cela dans une autre chronique, si vous le voulez bien.

Sachez déjà que ces histoires de maladies transmissibles de l’humain aux kois, ne sont que légendes urbaines. On peut sans crainte partager notre espace vital en toute sécurité, avec les humains et ce, en ne consentant que quelques dérogations mineures à nos règles de vie.

Par contre, vous devriez reconsidérer votre jugement à propos des maillots, pour cette lumineuse idée, je donne un bon point à vos humains, ils seront sans conteste beaucoup plus beaux ainsi déguisés, que lorsqu’ils sont tout nu…

Ce n’est quand même pas de leur faute, si la nature les a si peu gâtés, notamment en laissant bien en vue, a l’extérieur de leurs corps, leurs organes reproducteurs et tous ces poils disgracieux… C’est tellement flagrant qu’on peut dire d’un seul coup d’œil, si on a affaire à une femelle ou. à un mâle et en ce cas, quelles sont ses intentions!

Ad-contrario, j’ai vu bien peu d’humain capable de définir le sexe des kois qui les avaient adoptés, non plus n’ais-je rencontré d’humain capable de créer des maillots à la semblance de nos nobles robes.

De mon point de vue, le romantisme y perd beaucoup!

Que voulez-vous, ce ne sont que des animaux!

Mais, faites-moi confiance, vous ne voulez pas les voir nus, sous l’eau!

Quelle différence avec nous autres kois, qui démontrons une pondération, une discrétion, un savoir-vivre qui confine à la sainteté! Nous sommes toujours parées comme des princesses et démontrons en tout temps une exquise urbanité.

Il se construit de nos jours de plus en plus de jardins aquatiques, en revanche, ce qui commence à être très tendance, ce sont les bassins mixtes. Il faudra bien vous y faire, j’en ai peur…

De plus en plus de kois gardent des animaux de compagnies auprès d’eux, certains, bien sûr, ne le font que par snobisme, mais d’autres, comme moi, parlent plutôt de zoothérapie.

Ainsi, un éminent confrère kois a récemment publié une étude fort intéressante mettant en évidence les bénéfices substantiels pour les kois qui gardent des animaux familiers auprès d’eux.  Selon lui, une thérapie où un animal est dûment choisis et entraînés, peut-être employés avec succès dans une panoplie de circonstances, pour contribuer au bien-être  physique, social et émotionnel de son maître-kois.

C’est ainsi que sous la conduite d’un thérapeute, les dames et messieurs kois seront amenés, étape par étape,  à  l’élaboration d’un espace de vie pour des animaux de compagnie humains. Que ce soit pour l’adoption des bêtes,  l’apprentissage des soins a leurs prodiguer, des modifications à effectuer au Kami Ike, bref, à tout ce qui est requis au maintient du chenil…

Non!

Disons plutôt au maintient de l’écosystème.

Ces bénéfices seraient particulièrement efficaces chez les kois âgées et nos petits tategois.

L’auteur cite aussi des bienfaits évidents chez les sujets atteints de sénilité précoce, de déficience intellectuelle, de déficit moteur et pour les délinquants juvéniles…

Évidemment, dans ces cas, l’auteur de la recherche faisait manifestement référence aux poissons rouges…

Pour les kois en particulier, l’animal humain peut devenir le fil d’Arianne qui nous relie à notre passé, qui nous permet de dresser notre bilan de vie et de faire le deuil de notre beau japon qu’on a dû quitter, le deuil d’un rejeton, le deuil d’un conjoint ou de celui de notre autonomie à mesure que notre enveloppe corporelle vieillit.

Par la suite il nous permet d’envisager plus sereinement le plus grand deuil, celui de notre propre vie! L’animal familier humain que nous adoptons, est d’abord un être vivant qui a des exigences et par le fait même éveille notre sentiment protecteur, ce qui nous donne la chance de nous sentir à nouveau utiles, que dis-je, indispensable!

Essayez la zoothérapie, parfois, le simple fait d’être apprécié d’un animal abat les barrières que nous avons indûment érigées en manière de défense contre la peur de ce qui est étranger et le rejet de nos pairs…

Nous reprenons goût à socialiser et à donner, puis recevoir, amour et affection. Sans compter que la discipline requise pour l’apprentissage des techniques et la constance qu’exigent les soins à un petit animal rajouteront des années à votre vie mais surtout, de la vie à vos années.

NanaNishigoi-san-thérapeute-à-la-mode!


Le Petit Jardin Oriental de Clovis
Lettre précédente Menu Lettre suivante Ecrivez à Nana-san