Honorer et comprendre les Koïs.

Les Asagi

par Nana-san, la carpe des quartier chics:


J'aimerais vous parler de mon jeune cousin, jeune puisque son lignage est d'un peu plus de 150 ans. En effet, cousin Asagi a vu son lignage reconnu aux environ de en l'an de grâce 1840.

Ses ancêtres proviennent d'une lignée de carpe noire dénommée Asagi Magoï et a donné trois branches distinctes d'Asagi, du plus foncé au plus pâle nous avons : L'Asagi Konjo, un indécrottable paysant presque noir, l'Asagi Narumi nommé en l'honneur de la région de Narumi, réputée pour ses tissus de teinte bleue, et Asagi Mizu; couleur " d'eau "!


La plupart des amateurs ne font généralement pas de distinctions entre les trois lignées, les différences de teinte étant, paraît-il, difficile à évaluer, surtout pour le Narumi la couleur intermédiaire.

Ainsi, à partir de quelle pâleur devient-on un Mizu Asagi ou à quel point peut-on être foncé, avant d'être déclassé vers la catégorie Konjo?

Certains diront que ce sont tous des Asagi, point à la ligne.

Tous des Asagi, la belle affaire!

Paresse, quand tu nous tiens!

L'Asagi typique est donc un poisson bleu, mais dont les écailles sont plus foncées au centre et pâlissent vers le pourtour. L'Asagi est donc un poisson nettement réticulé entre la tête et la queue. La tête, quand à elle, sera bleu clair sans gradient de couleur. Ni aucune souillure.
Une autre caractéristique commune à tous les Asagi, c'est qu'ils portent le Hi rouge, soit sur les côtés, les joues et les joints d'ailerons.

L'Asagi étant un poisson réticulé, les écailles se doivent d'avoir une nette différence de couleur entre le centre foncé et le pourtour plus pâle, créant un l'effet d’un genre de " filet " tendu sur le poisson.

Le dessous de l'abdomen doit évidemment être parfaitement blanc.

Le Hi doit être rouge vif, et toujours situé sous la ligne latérale du Koï et s'ils sont disposés de façon symétrique, c'est vraiment le nirvana!

Un Hi situé sur le dos, ça n'a pas de classe, convenons-en!

Certains Hi sont plutôt orangé que rouge, c'est nettement moins bien... la tradition vestimentaire a de ces exigences!

Mais si le Hi a une teinte brunâtre, ciel, on tutoie vraiment la vulgarité!


Encore qu'en toute chose, il existe des exceptions.

Je me permets une petite digression pour vous présenter le Shusui, un sujet obtenu par une parenté Allemande-japonaise disons, intéressante...

Le lignage fut obtenu par croisement entre une carpe-mirroir de bonne famille et un Asagi Sanke complaisant.

Le Shusui est donc un Doitsu Asagi et bizarrement, il n'est pas réticulé, puisque les Doitsu n'ont pas d'écailles. Par contre, il arbore fièrement la robe bleue et les autres attributs des Asagi.

On leur permet même le port d'un important Hi dorsal et ils sont mignons, vous ne pouvez pas savoir!


Il existe deux variétés de ces Doitsu Shusui, le

Doitsu Hanna Shusui porte le Hi entre les lignes latérales et l'aileron dorsal (Hanna signifie : portant des fleurs) et le

Doitsu Hi Shusui, lequel porte un Hi continu entre les deux lignes latérales, en traversant le dos au complet.


Je reprends donc le cours de mon propos en vous citant les défauts les plus communs chez l'Asagi; ce sont les souillures du bleu du visage, le Hi de couleur orangée ou, pire, brunâtre.

De même, les points noirs tachetant le corps m'horripilent profondément!

Je suis sûre que vous me comprenez mesdames, les points noirs c'est dégoûtant!


Drame concret du vieillissement de la population, beaucoup de spécimens, perdent leur bleu et deviennent de plus en plus foncés à l'âge adulte et sont déclassés parce que presque noir.
Autre tare, la plupart des adultes Asagi d'Amérique tournent au gris-bleu et les écailles deviennent uniformément colorées. L'effet réticulé s'estompe rapidement et le Koï n'a plus aucune noblesse, c'est bien dommage!

Si bien que s'il est relativement facile de trouver des Koïs adolescents d'un beau bleu réticulé, un adulte de belle conformité est vraiment une perle rare!

Nananishikikoi-san-qui-n'a-pas-peur-du-réticule-pantoute!

Le Petit Jardin Oriental de Clovis
Lettre précédente Menu Honorer les Koïs Lettre suivante Question fréquentes Au secour! Ecrivez à Nana-san