Honorer et comprendre les Koïs.

Le roi des gitans: le Kinginrin

par Nana-san, la carpe des quartier chics:

Si l'on pouvait dire des Koïs en général, qu'ils sont intellectuellement brillants, comme votre modeste servante, il est une famille, dont les membres sont vraiment brillants, mais, au sens littéral du terme. J'ai nommé les Koïs Kinginrin

Où les termes signifient

Kin : doré

Gin : argenté

Rin : écailles

La couleur dorée agrémentant les Hi et l'argent en surimpression sur le fond blanc et les Sumi.

On retrouve les gitans Kin-Girin dans chacune des trois grandes familles de Koï; les Kohaku, Sanke et Showa, bien que de très beaux sujets se retrouvent aussi chez les Koïs blanc et noir, tels les Utsuri et les Bekko.

Les amateurs seront aussi sensibles au charme des Koïs métallisés dont la robe s'agrémente des écailles étincelantes, propre au Kin-Girin

Le Kingirin se décline en deux type, le premier dit « Ginrin perle » Tsubo-Gin ou Tama-Gin présente un scintillement au centre de l'écaille.

Le koï semble alors recouvert de petites perles iridescentes.

Ce type d'écaille est disposé en groupe plus ou moins compacts sur le corps du Koï, alors que le reste est couvert d'écailles plus plates, d'écaille « normale », dirons-nous!!

Le second type, regroupe trois genre :

Beta-gin, où chaque écaille est iridescente, donnant un effet perlé sur la totalité du Koï. Le Beta-Gin est considéré comme le plus noble du groupe.

Le Girin Diamant, appelé aussi Girin d'Hiroshima, du nom de sa ville natale, présente une iridescence continue, mais particulièrement brillante.

Comme s'il était constellé de pierres précieuses.

Le Kado-Gin ou Sudar-Gin, quand à lui, a des écailles normales ou seuls le pourtour brillent.
Je dois à la vérité de vous dire que les Kin-Girin ne sont pas très constants et ça tiens probablement à leur nature vagabonde de gitans et du peu de cas qu'ils font du choix d'un conjoint à leur image.

Il est hélas bien rare de trouver un Kin-Girin qu'on puisse classer à coup sûr, dans un des groupe mentionnés plus haut.

Mis-à-part le noble Beta-Gin, les individus de cette famille affichent souvent des attributs de plusieurs genres. Ainsi la plupart des Kin-Girin sont un indescriptibles mélanges de genres!

Ils insistent d'ailleurs pour qu'on les tutoies et préfèrent qu'on les désignent sous l'appellation « Koï de variété Ginrin » ou Girin, tout court!.

Ils sont, il me semble, un peu trop près du « peuple » si vous voyez ce que je veux dire.

Mais, bon, même s'ils fréquentent un peu trop assidûment la plèbe, il est probable que j'accepterai de partager mon « home » avec quelque-uns d'entre eux.

Mais seulement quelques-uns, parce que dans mon humble opinion, un Kami-Ike remplis de guidounes colorés avec des colliers en strass, ça ferait mauvais-genre!

Nananishikikoï-san-brillants-parce-que-tout-ce-qui-brille-n'est-pas-d'or!

Le Petit Jardin Oriental de Clovis
Lettre précédente Menu Lettre suivante Question fréquentes Au secour! Ecrivez à Nana-san