Chronique du millénaire par:

Dame Tournelesol

La construction d'une serre froide.


Celui-qu’on-ne-dois-pas-nommer, m’a convaincue de vous donner un petit cours sur l’érection d’une serre froide, pour l’élevage des plantes alpines.

D’ordinaire, je ne m’adresse pas aux humains, mais je suis sensible à n’importe quelle cause, fut-elle désespérée, bref, n’importe quoi qui peut améliorer le traitement fait aux plantes alpines.

Ainsi, comme je l’ai toujours âprement défendu, il est plus facile de démarrer les semis de plantes alpines en extérieur. La nature, même avec toutes ses sautes d'humeur, fait bien mieux les choses que la moyenne des humains.

D'ailleurs, dans certains cas, le fait de trop dorloter les semis, loin d’améliorer leurs chances de survie, compromet la germination

Dame-nature a conçue les graines des plantes afin de protéger le potentiel génétique des caprices de la météo.

Ainsi, certaines sont porteuses de carapace pour les protéger mécaniquement des abrasions du sable et autres fins graviers, projetés par des vents souvent violents.

D'autres ont une protection biologique qui empêche la germination lors de redoux intempestifs.

Certaines autres ont des dispositifs pour le vol ou pour s’accrocher au pelage des animaux. Chaque dispositif se voulant être une ADAPTATION à un milieu de vie particulier.

Conséquemment, une graine mise en terre dans un microclimat et un emplacement totalement étranger, même s’il semble moins hostile, pourrait ne pas reconnaître le moment opportun pour germer et donc pourrait demeurer indéfiniment en dormance. Au pire, elle pourrait être détruite parce que ses mécanismes de défenses ne sont pas adaptés aux nouvelles conditions créées par le jardinier.
Ainsi, on croit souvent que l’hormone responsable du minutage du réveil chez la semence (bio-retardant) peut être éliminée par un simple séjour au réfrigérateur.

Comprenez que souvent le simple geste de placer des semences au frigo pour stimuler la stratification peut être insuffisant. Beaucoup de semences requièrent un froid humide. Conséquemment, il faudra mettre les semences dans un média humide dans ce frigo. Il faudra s’assurer que ce média le demeure.

D’un autre côté, un élevage complètement fait en extérieur, bien que plus près de la réalité pour certaines graines, présente cependant des risques au niveau de la sécurité.

Ainsi, mon familier a vu 600 petits godets ravagés par des rongeurs…sale bête, va!

Je déteste les campagnols…

Je me propose donc dans cette chronique de vous enseigner la construction d’une petite serre d’élevage. Elle permettra d’atténuer certains aspects défavorables de la nature et protégera vous semis contre les agressions inopportunes. Ce qui devrait maximiser le rendement, j’aime le rendement en vérité.

Sommes-nous d’accord?

La serre froide :
Nous avons, compte tenu de la longueur moyenne des bras humains, établi que la taille optimale pour une couche de culture est de 48 pouces. Au-delà de cette taille, l’on doit se courber au-dessus de la serre ce qui provoque de la fatigue au dos…

Voyez comme je connais bien les humains!

Pour les personnes de petites taille, vous pouvez réduire cette à 36 pouces, les mesures intermédiaires sont souvent inopportunes, parce que les matériaux de constructions viennent en longueur standard 8,10,12,16 pieds.

Dans la mesure où vous avez quelque talent dans la conception, vous pouvez améliorer le projet que nous vous proposons. En ce cas, ne retenez que les principes généraux.

Nous répondrons aux questions que vous pourriez avoir dans le cadre de cette même chronique, pour me joindre cliquez sur l’arobas en bas de chronique.

Je ne posterai pas de réponses individuelles, les questions serviront à compléter cette chronique pour le bénéfice de tous…

Nous vous aviserons le cas échéant de la mise à jour !

La serre doit être construite dans un matériel imputrescible ou très résistant, le cèdre, le pin rouge, la pruche ou le bois traité (quoique moins écolo) sont excellents. Vous aurez besoin également de vis couverte de céramique (verte) ou des vis en acier inoxydable, de loin supérieure. Il vous faudra aussi des pièces de bois profilé et du polycarbonate de marque Sun-Tuff, ou équivalent. Deux pentures et des crochets de porte. Ainsi que du grillage soudé galvanisé de 48 pouces de large à maille d’un demi-pouce. Avec des matériaux neufs, le coût avoisine les $150,00.


Au départ, il vous faut des pièces dites de 2X10, que vous couperez comme suit : 2 pièces de 48 pouces et 2 pièces de 46 ½ po.
Les pièces courtes doivent être assemblées à l’intérieur des pièces longues ce qui donne une boite carrée de 48 pouces de côté extérieurs.
Je recommande de 2 à 3 vis en acier inoxydable de 3 ½ pouces de longueur pour fixer ces pièces.
L’étape suivante consiste à fixer le grillage.
Il a deux usages, primo il empêche la vermine de creuser sous la serre pour y accéder, secundo il empêche le gel d’ouvrir votre boîte, il agit en ce cas, comme une armature.

Soyez très attentif au moment de fixer votre grillage, il faut absolument que votre ouvrage soit à l’équerre.

Fixer d’abord un côté et l’équerre aidant, fixez les quatre coins.
Pour tendre le grillage utilisez un levier et tendez fermement pour les coins.
Vérifiez l’équerrage régulièrement
Pour les côtés, tendez moins sévèrement, veillez à simplement créer un léger arrondis dans la pièce de bois, vers le centre. Au moment de remplir la boîte, la terre va exercer une poussée qui tendra le grillage et redonnera à la boîte sa forme parfaitement carrée.
L’étape suivante consiste à assembler une pièce de transition le but étant triple. Permettre un rebord plus large pour donner plus de rigidité au côté et plus de confort lorsqu’on s’y appuie et finalement de verrouiller la partie supérieure les pièces du bas pour éviter qu’elles s’entrouvrent.
Les longueurs seront donc les mêmes que celles du bas, mais on superposera les pièces courtes sur les longues et les longues sur les courtes. N’oubliez pas de placer une vis au bout de la pièce de renfort du haut pour l’assujettir à la pièce du bas.
L’étape suivante consiste à assembler une pièce de transition le but étant triple. Permettre un rebord plus large pour donner plus de rigidité au côté et plus de confort lorsqu’on s’y appuie et finalement de verrouiller la partie supérieure les pièces du bas pour éviter qu’elles s’entrouvrent.

Les longueurs seront donc les mêmes que celles du bas, mais on superposera les pièces courtes sur les longues et les longues sur les courtes. N’oubliez pas de placer une vis au bout de la pièce de renfort du haut pour l’assujettir à la pièce du bas.

On ajoute ensuite deux pièces triangulaires, il s’agit simplement de deux pièces obtenues en coupant sur une diagonale passant par les coins opposés.

Ici une pièce de 2 X 6. Placez les extrémités haute à l’arrière de la boite. En faisant bien entendu coïncider la partie à angle droit vers le bas, la coupe fraîche vers le haut.

Le couvercle sera assemblé de la même manière que la base, avec les mêmes mesures.

On y place aussi une pièce de renfort, pour résister au poids de la neige.

On cloue ensuive sommairement les baguettes de bois profilé du type approprié à votre recouvrement transparent, il en existe des ronds et des carrés. Le type que nous avons utilisé est de marque SunTuff, le plus durable et résistant entre les deux modèles qui nous ont été proposés.
Les panneaux de SunTuff se coupent sans peine au ciseau à métal ou à la scie.
AVANT de visser le polycarbonate, vous devez fixer le cadre sur la boîte de la serre. Avec deux pentures de quatre pouces en acier galvanisé.
Pour maintenir fermement en position, vous pouvez aussi placer des clous ou des vis temporaires.

Fixez les panneaux avec des vis hémisphériques à fond plat et large.

Appuyer fermement les vis, mais sans forcer.
La serre doit être bien au niveau, si on souhaite la voir durer et son couvercle fermer normalement
On peut y loger 8 plateaux de 18 godets soit 144 nouvelles plantes.

Ou encore, y déposer du matériel de plantation et procéder au semis directement au fond de la serre. Le drainage est excellent piuisque le média est au-dessus du niveau du sol.

Vous pouvez prévoir un mécanisme pour garder les fenêtres ouvertes pendant le travail.

Ici, nous avons utilisé un crochet de porte qui accroche la fenêtre à la clôture juste derrière.

Si votre serre froide est au centre d’un espace dégagé, utilisez un simple bout de bois et une vis de fixation, à la façon des capots de voitures.

En été, il peut être indispensable d’avoir une ombrière. On peut donc fixer un bout de toile à l’intérieur du cadre de la fenêtre avec des crochets, du velcro des lacets, selon vos désirs…

On peut aussi placer des cales sur le devant de la serre pour maintenir une ouverture pour la ventilation.

Je suggère aussi un arrosage automatisé, il existe toute une variété de procédés sur le marché qui permettent à coût raisonnable un arrosage parfaitement contrôlé.

Vous pourriez aussi utiliser des câbles chauffants pour devancer la saison.

Nous traiterons de ces sujets dans d’autres chroniques…

C’était « Structures 101 »

par Dame Tournelesol

Le Petit Jardin Oriental de Clovis
Pas d'autre chronique pour le moment Menu Pas d'autre chronique pour le moment Question fréquentes Au secour! Ecrivez à: